La VUB lance une nouvelle politique en matière d’alcool et de drogues

La VUB lance une nouvelle politique en matière d’alcool et de drogues

L’université s’engage dans la prévention et la lutte contre la consommation à risque chez les étudiants

La Vrije Universiteit Brussel (VUB) passe la vitesse supérieure dans la lutte contre la consommation d’alcool et de drogues chez les étudiants. Avec sa nouvelle politique en la matière, l’université vise à encourager la consommation responsable d’alcool, de cannabis et de médicaments psychoactifs dans la vie estudiantine, en sensibilisant les étudiants aux risques qu’entraîne la consommation de ces substances. Cette démarche vient renforcer « Grenswijs », la politique de la VUB qui met l’accent sur les comportements désirés et la prévention des comportements inappropriés dans la vie étudiante.

Une récente enquête menée auprès des étudiants par le VAD (centre flamand de l’expertise sur l’alcool et les autres drogues) montre que le cannabis reste la drogue la plus couramment consommée par les étudiants des universités flamandes : un sur quatre a consommé du cannabis au cours de l’année écoulée, et pas uniquement de manière occasionnelle. La consommation de drogues semble plus acceptable, elle a davantage lieu en public – et elle se fait toujours plus risquée. Le problème est en outre plus prononcé encore dans les grandes zones métropolitaines.

Avec sa nouvelle politique en la matière, la VUB entend passer des accords sur la manière dont l’organisation fait face à la consommation d’alcool, de cannabis, d’autres drogues illégales et de médicaments psychoactifs. Elle vise également à encourager les étudiants à en faire un usage responsable.

« Université chaleureuse, la VUB souhaite créer un environnement sûr pour tous ceux qui y travaillent et y étudient », déclare Nadine Engels, vice-rectrice à l’enseignement et aux affaires étudiantes. « La consommation de stupéfiants n’a pas sa place dans un environnement sûr : elle comporte toujours des risques. Elle peut entraîner une assuétude sur le long terme et, à court terme, présenter des risques tant physiques que psychiques, selon la substance consommée. En outre, elle peut également s’avérer néfaste pour l’environnement. »

Avec cette politique en matière d’alcool et de drogues, l’université veut répondre à la demande de soutien de la communauté étudiante ainsi que délimiter un cadre clair pour la prévention et – en cas de consommation à risque – les soins et l’accompagnement.

« Avec la nouvelle politique en matière de stupéfiants, nous soulignons que la consommation de drogues n’est pas « normale » et n’est pas davantage tolérée sur nos campus et au sein de la communauté VUB. Nous voulons agir préventivement en sensibilisant les étudiants à une consommation responsable de ces substances (de l’abstinence à la réduction des dommages), créer un environnement sûr qui favorise les bons choix ainsi que la possibilité de mettre le sujet sur la table entre les étudiants, et leur apprendre, enfin, à réfléchir de manière nuancée à la consommation de stupéfiants », poursuit Nadine Engels.

L’université entend ainsi évoluer vers une communauté d’entraide, dans laquelle chacun – de l’étudiant à l’enseignant, de l’organisation étudiante à l’acteur social – connaît et assume son rôle. Dans le même temps, la nouvelle politique permet également de passer des accords clairs et de sanctionner la consommation de drogues et les irrégularités.

« Grâce à des actions préventives, telles que la campagne de sensibilisation et les interventions dans l’environnement, nous voulons informer les étudiants des effets et des risques de la consommation (problématique) d’alcool et de drogues. Il ne s’agit pas seulement de les dissuader de commencer à consommer ou de continuer à le faire sur le long terme ; l’intention est également qu’ils puissent identifier des comportements à risque chez leurs condisciples, ouvrir la discussion, et prendre soin les uns des autres », conclut Nadine Engels.

La VUB prévoit une offre de soins et d’accompagnement accessible pour les étudiants chez qui la prévention s’avère insuffisante.

Story image

Point d’action tiré de Grenswijs

Avec le lancement de cette politique en matière d’alcool et de drogues, l’université réalise d’emblée l’un de ses objectifs dans le cadre de « Grenswijs » pour cette année académique. Introduite l’année dernière, la politique Grenswijs vise à promouvoir les comportements désirés et prévenir les comportements inappropriés en fournissant aux étudiants les outils nécessaires pour aborder la sexualité en toute sécurité. Parmi les autres actions prévues figurent des ateliers et des séances d’information sur les comportements inappropriés et le consentement, des formations d’accompagnement pour la communauté étudiante et l’enregistrement des visiteurs aux installations festives de la VUB.


Plus d'infos

Nathalie Vlaemynck
Nathalie Vlaemynck Woordvoerder en algemeen perscontact

 

CO
A propos de Press - Vrije Universiteit Brussel

Press - Vrije Universiteit Brussel
Pleinlaan 2
1050 Brussel