Docteurs honoris causa 2019 : Figures that matter

Docteurs honoris causa 2019 : Figures that matter

Le 2 avril, la VUB décernera sept titres de docteur honoris causa à des scientifiques et personnalités qui se ou se sont illustrées

Figures that matter. Les chiffres qui comptent. C'est sous ce dénominateur que la VUB (Vrije Universiteit Brussel) décernera le mardi 2 avril prochain sept titres de docteur honoris causa, dont deux simultanément à des duos. Des chiffres notoires, donc, qui furent le terrain de jeu du statisticien suédois Hans Rosling décédé en 2017, et dont le best-seller Factfulness a été achevé par son fils Ola Rosling et sa belle-fille Anna Rosling Rönnlund. Karine Chemla (France) est une historienne des mathématiques ; Freddy Van Oystaeyen est un célèbre mathématicien belge ; Padmanabhan Seshaiyer (États-Unis) est également mathématicien, mais surtout un apôtre et militant de l'enseignement STEM (Science, Technology, Engineering & Mathematics). Brian Durie est une autorité mondiale en myélome multiple (cancer de la moelle osseuse) et fondateur, avec son épouse Susie Lavitt Durie, de l'International Myeloma Foundation. Les 2 derniers titres de docteur honoris causa seront décernés au Néerlandais Robbert Dijkgraaf, physicien et communicateur scientifique, et au dessinateur politique belge Gerard Alsteens (GAL).

"À la VUB, cette année académique se place sous le signe de la beauté, de la force et de la sagesse des mathématiques", explique la rectrice Caroline Pauwels. "Nous le prouvons en décernant des titres de docteur honoris causa relatés aux chiffres, données et résultats de recherches qui ont (eu) de l'importance. Les dessins et illustrations du Belge GAL comptent aussi, car ils nous poussent à la pensée critique."

Karine Chemla
La Française Karine Chemla est historienne des mathématiques et sinologue. Elle est rompue à la pensée occidentale (entre autres le travail du mathématiciens Leonhard Euler en Michel Chasles) et orientale, en sa qualité de sinologue. En axant son regard sur les mathématiques dans leur contexte historique, culturel et philosophique, Karine Chemla lance une passerelle entre les civilisations alpha et bêta. Par son travail, elle aborde les mathématiques comme une donnée culturelle que nous devons appréhender en tant que telle. Son travail est précieux pour les historiens et les philosophes, les archéologues et les scientifiques, mais aussi, dans son rôle de sinologue, pour les linguistes et gens de lettres.

Karine Chemla est entre autres directrice de recherche du Centre National de la Recherche Scientifique. Sa candidature a été proposée par la faculté de Philosophie et Lettres.

Freddy Van Oystaeyen
Freddy
(ou Fred) Van Oystaeyen est mathématicien et professeur émérite en mathématiques à l'UAntwerpen. Il a été l'une des personnalités pivots de la recherche mathématique en Flandre au cours du demi-siècle dernier. Il a beaucoup contribué à la géométrie et l'algèbre non commutative, dont il est un expert mondial. L'Université d'Anvers et les autres universités flamandes, dont certainement la VUB, en ont récolté les fruits. Sa recherche comporte également une importante composante esthétique. Les nouvelles avancées en mathématiques sont en effet très souvent basées sur des considérations esthétiques. Les mathématiciens ressentent cette beauté comme l'un des fondements de leur discipline.

La candidature de Freddy Van Oystaeyen a été proposée par la faculté d'Ingénieurs.

Padmanabhan Seshaiyer
Padmanabhan Seshaiyer (États-Unis) est professeur de mathématiques à la George Mason University et directeur du STEM Accelerator Program et du COMPLETE (Center for Outreach in Mathematics Professional Learning and Educational Technology). Il éprouve un vif intérêt pour l'enseignement des mathématiques dans les écoles primaires et secondaires des États-Unis. Ces dernières années, il a lancé et conduit une série de programmes d'enseignement des mathématiques afin d'éveiller l'intérêt des élèves et des enseignants dans les études de type STEM à tous les niveaux. Le professeur Seshaiyer a remporté plusieurs prix prestigieux et est un orateur très sollicité (entre autres de TEDx talks, dont le plus récent est The M in STEM). Il est également activement impliqué dans les projets internationaux de collaboration STEM en Asie, Afrique et Amérique latine.

La candidature de Padmanabhan Seshaiyer a été soumise par la faculté de psychologie et de pédagogie.

Brian Durie et Susie Lavitt Durie 
Brian Durie
(États-Unis) est une sommité mondiale dans le domaine du myélome multiple (maladie de Kahler, cancer de la moelle osseuse) et des pathologies apparentées. Par sa recherche scientifique, il est à la base du développement de nouvelles possibilités thérapeutiques et de diagnostic qui ont permis une forte augmentation de l'espérance de vie après un diagnostic de myélome multiple. Jamais une telle réussite n'aurait été possible sans la collaboration internationale, l'échange de données et l'admission de patients dans des études cliniques collectives. C'est précisément là que résident les mérites exceptionnels de Brian Durie. Outre sa contribution scientifique au niveau fondamental et clinique (avec 450 publications scientifiques), il a fondé l'International Myeloma Foundation (IMF) avec son épouse Susie Lavitt Durie qui en est la cheville ouvrière. Voici 30 ans, cette association sans but lucratif s'est fixé comme objectif d'informer les patients et de les impliquer dans la connaissance de leur maladie, mais également de pousser les médecins du monde entier à collaborer et élaborer des "best practice guidelines". L'IMF opère aujourd'hui au niveau mondial et soutient également la recherche sur l'origine du myélome multiple.

Les candidatures couplées de Brian Durie et Susie Lavitt Durie ont été soumises par la faculté de Médecine et de Pharmacie.

Hans Rosling (posthume), Ola Rosling et Anna Rosling Rönnlund
Hans Rosling
(1948–2017) était un médecin suédois et professeur de santé internationale au Karolinska Institutet (Stockholm) et directeur de la Gapminder Foundation. Ses recherches portaient entre autres sur les liens entre le développement économique, l'agriculture, la pauvreté et la santé en Afrique, Asie et Amérique latine. Il était conseiller à l'OMS, à l'Unicef ainsi qu'auprès de différentes organisations humanitaires ou caritatives. Il fut l'un des fondateurs de Médecins Sans Frontières Suède en 1993.

Il acquit une notoriété internationale en 2006 grâce à son TED talk The Best Stats You've Ever Seen. Au moyen d'animations inédites, il parvint à expliquer les progrès que connaît le monde à divers niveaux, même dans les pays les plus pauvres. Il créa la Gapminder Foundation avec son fils Ola Rosling et sa belle-fille Anna Rosling Rönnlund. Gapminder développa un logiciel destiné à convertir des statistiques internationales en graphiques interactifs, attrayants et fluctuants. Rosling s'est surtout efforcé de briser des mythes et croyances profondément ancrés et fut un militant du "possibilisme", c'est-à-dire la conviction qu'il est possible d'améliorer le monde par la connaissance et la science.

Avec Ola et Anna, Hans Rosling a rédigé Factfulness, publié en 2018 à titre posthume et qui devint un best-seller. Ola Rosling et son épouse Anna ont poursuivi le travail de leur père et beau-père. Par ce titre de docteur honoris causa, la VUB veut couronner l'œuvre de trois personnes qui ont apporté une contribution importante dans la diffusion d'une vision mondiale basée sur les faits, d'une pensée critique et de la conviction que le monde de demain sera meilleur grâce à la science.

Les candidatures couplées d'Ola Rosling et d'Anna Rosling Rönnlund ont été introduites par l'Université pour mérites à la société.

Robbert Dijkgraaf
Par ses efforts exceptionnels en faveur de la communication scientifique, le physicien néerlandais Robbert Dijkgraaf s'efforce d'attirer l'attention du grand public sur la force et la beauté des sciences. Professeur à l'université d'Amsterdam, son domaine de prédilection est la physique théorique. Il est depuis 2012 le directeur du prestigieux l'Institute for Advanced Study à Princeton, où il occupe le bureau autrefois occupé par Albert Einstein. Il travaille dans le domaine de la physique des particules, et plus particulièrement la théorie des cordes et la gravité quantique, ce pourquoi il a reçu le prix Spinoza. 

Robbert Dijkgraaf n'a de cesse de populariser les sciences. Aux Pays-Bas, il rédige des billets d'humeur pour le quotidien NRC Handelsblad, collabore au programme télévisé Hoe? Zo! et était invité aux Zomergasten de VPRO. C'est également un habitué du programme De Wereld Draait Door sur la télévision néerlandaise.

Robbert Dijkgraaf est devenu un vrai ambassadeur de la science, qu'il considère comme quelque chose qui est ou devrait être accessible à chacun. Il s'inquiète toutefois de la façon dont la société appréhende la science. Il plaide pour envisager l'avenir avec optimisme et croire en la capacité de l'être humain à résoudre les problèmes à l'aide des connaissances scientifiques.

Robbert Dijkgraaf a obtenu en 2013 un titre de docteur honoris causa décerné par la Raboud Universiteit à Nimègue. La VUB est la première université belge à faire de même, pour mérites à la société.

Gerard Alsteens
Gerard Alsteens
(1940) ou GAL de son diminutif, est l'un des dessinateurs politiques les plus connus de Belgique, entre autres pour sa carrière d'une longévité exceptionnelle.

GAL a étudié au département Peinture et Graphisme à l'Institut Saint-Luc de Bruxelles, où il a ensuite enseigné. Il a acquis ses lettres de dessinateur satirique et politique entre les années 60 et 80 par ses croquis publiés dans les magazines De Nieuwe et De Zwijger. Lorsque le premier fit faillite, il passa à l'hebdomadaire Knack dont il est le cartooniste attitré depuis 1983.

Souvent incisifs et interpellants, ses dessins portent un message clair. En traitant l'actualité par un croquis retentissant, ils poussent les gens à la réflexion (critique). Ils sont aussi parfois des plaidoyers contre certains événements, situations ou personnalités.

En 2004, GAL a souffert d'une embolie oculaire qui l'a gravement amoindri. À l'aide de plusieurs équipements techniques, il parvint toutefois à reprendre son travail. Cela montre à quel point le Belge Gerard Alsteens est passionné, même à près de 80 printemps.

Son engagement pour la liberté et la libre expression, qu'il a si longtemps prouvé par ses dessins satiriques, épouse parfaitement les valeurs de la VUB. Il est critique lorsqu'il le faut, amusant lorsque c'est possible, mais toujours libre de tout préjugé.

Tout comme la VUB, GAL exprime son amour pour la capitale. Il a confessé à plusieurs reprises ne pas vouloir vivre ailleurs qu'à Bruxelles. Il considère la ville comme un laboratoire pour la réalité de demain.

Gerard Alsteens a obtenu de nombreuses récompenses et titres honorifiques tout au long de sa carrière. La Vrije Universiteit Brussel est la première université belge à lui attribuer le titre de docteur honoris causa.

 

Détails pratiques
La remise solennelle des titres de docteur honoris causa aura lieu le mardi 2 avril à 11 heures à l'Aula Q au Brussels Humanities, Sciences & Engineering Campus (campus Etterbeek), Boulevard de la Plaine 2 à 1050 Bruxelles.

Contactez-nous
Peter Van Rompaey Senior advisor corporate communications
Peter Van Rompaey Senior advisor corporate communications